Jeśli jesteś właścicielem tej strony, możesz wyłączyć reklamę poniżej zmieniając pakiet na PRO lub VIP w panelu naszego hostingu już od 4zł!

[ Pobierz całość w formacie PDF ]
.Armure soupira.« Oh, vous pouviez pas savoir, fit-il.C’est une dispute entre nous autres qui dure depuis avant qu’on soye mariés, à l’époque où j’suis arrivé dans la région.Je l’ai connue quand elle est venue avec ses frères pour m’aider à bâtir ma première cabane – c’qui m’sert maintenant d’appentis pour fabriquer mon savon.Elle s’est mise à répandre de la menthe verte sur mon plancher et à réciter des manières de vers, alors j’y ai dit d’arrêter ça et d’sortir de ma maison.J’ai cité la Bible, là où ça dit : “Tu laisseras pas en vie la magicienne.” Ç’a donné lieu à une demi-heure agitée, vous pouvez m’en croire.— Vous l’avez traitée de sorcière et elle vous a épousé ?— On a eu quelques conversations entre temps.— Elle ne croit plus à tout cela, n’est-ce pas ? »Armure fronça les sourcils.« C’est pas une question de croire mais une question de pratiquer, révérend.Elle pratique pus.Pas icitte, nulle part.Et quand vous l’avez à moitié accusée d’avoir recommencé, eh ben, ça l’a retournée.Par rapport qu’elle m’a promis, vous comprenez.— Mais quand je me suis excusé, pourquoi est-ce qu’elle…— Eh ben, à cause de ça, justement.Vous avez vos propres idées, mais y faut pas lui dire que les envoûtements, les herbes et les incantations ont aucun effet, parce qu’elle a vu des choses, de ses propres yeux, qu’on peut pas expliquer autrement.— Sûrement que vous, un homme instruit dans les Écritures et qui connaît le monde, vous êtes en mesure de convaincre votre femme de renoncer aux superstitions de son enfance.»Armure, gentiment, posa la main sur le poignet du révérend Thrower.« Révérend, faut que j’vous dise quelque chose que j’aurais pas pensé dire un jour à personne.Un bon chrétien bannit ce genre de pratiques de sa vie parce qu’y a qu’une façon correcte d’accepter des pouvoirs occultes, c’est par la prière et la grâce de notre Seigneur Jésus.C’est pas parce que ça marche pas.— Mais ça ne marche effectivement pas, insista Thrower.Les pouvoirs célestes sont réels, les visions et les visitations d’anges, et tous les miracles attestés dans les Écritures.Mais les pouvoirs célestes n’ont rien à voir avec les jeunes couples qui tombent amoureux, ou la guérison du croup, les poules qui se remettent à pondre, et toutes les broutilles que les gens du commun obtiennent, dans leur ignorance, grâce à leur soi-disant sagesse infuse.Il n’y a rien, dans ce qu’on attribue aux sourciers, aux sorts ou je ne sais quoi, qu’on ne puisse expliquer par un simple examen scientifique.»Armure s’abstint de répondre pendant un long moment.Le silence mettait Thrower mal à l’aise, mais il ne voyait pas ce qu’il pouvait ajouter.Il ne lui était pas encore venu à l’esprit qu’Armure pouvait croire en de telles balivernes.Cette seule pensée l’ahurissait.C’était une chose de se passer de la sorcellerie parce qu’on la tenait pour une absurdité, et une autre d’y croire et de s’en passer parce qu’on la jugeait impie.Thrower s’avisa que cette dernière position était en réalité plus noble : pour Thrower, mépriser la sorcellerie tombait sous le sens commun, tandis que pour Armure et Aliénor, il s’agissait d’un gros sacrifice.Il cherchait encore la façon d’exprimer sa pensée, quand Armure se laissa basculer en arrière sur sa chaise et passa à un tout autre sujet :« M’est avis qu’votre église est quasiment terminée.»Soulagé, le révérend Thrower suivit Armure sur ce terrain plus sûr : « Ils ont fini le toit hier, et aujourd’hui ils ont pu clouer toutes les planches sur les murs.Elle sera hors d’eau demain, avec des volets aux fenêtres, et quand on y aura posé des vitres et installé les portes, elle sera aussi étanche qu’un tambour.— J’fais venir le verre par bateau », dit Armure.Puis il cligna de l’œil.« J’ai résolu la question de passer le lac Canada.— Comment avez-vous réussi cela ? Les Français coulent un bateau sur trois, même ceux d’Irrakwa.— Facile.J’ai commandé l’verre à Montréal.— Du verre français aux fenêtres d’une église anglaise !— D’une église américaine, rectifia Armure.Et Montréal, c’est une ville d’Amérique, elle aussi.N’importe comment, p’t-être que les Français essayent de s’débarrasser d’nous, mais en attendant on est un marché pour leurs produits manufacturés, alors le gouverneur, le marquis d’La Fayette, il s’en fiche que ses genses fassent du profit en commerçant avec nous, tant qu’on reste icitte.Ils vont l’expédier jusqu’au lac Mizogan par le nord, puis par barge lui faire descendre le lac, remonter l’Saint-Joseph et descendre la Tippy-Canoe.— Est-ce qu’ils arriveront avant le mauvais temps ?— J’pense bien, dit Armure, sinon ils seront pas payés.— Vous êtes un homme stupéfiant, dit Thrower.Mais je m’étonne que vous manifestiez aussi peu de loyauté envers le protectorat britannique.— Ben, vous voyez, c’est comme ça, fit Armure.Vous avez grandi sous l’Protectorat et vous pensez encore comme un Anglais [ Pobierz całość w formacie PDF ]